POURQUOI N'Y A-T-IL PAS DE PLATEAU CHAUD SUR NOS IMPRIMANTES 3D À DESTINATION DES PARTICULIERS ?

La question qui anime tant les communautés d'impression 3D.

Mettons enfin noir sur blanc, la réponse à cette question qui fait tant parler les communautés d'impressions 3D. Puisque oui, il y a différentes raisons à ce choix.

Clarico-Image-Text

La question d'installer un plateau chauffant sur nos imprimantes Magis et Disco a été, dès le début, très sérieusement étudiée dans leur conception. En tant qu'entreprise appuyant la production raisonnée, nous partons du principe que nous ne mettons rien en place sur nos imprimantes qui pourrait s'avérer dangereux, voire inutile.

Tout d'abord, d'un point de vue technique et sécurité, sur une imprimante munie d'un repère cartésien (comme la Disco), le plateau se déplace pour déterminer la coordonnée en Y.  Il y a donc un risque que celui0ci accroche un des câbles du plateau chauffant et provoque un court-circuit. Le pire des cas provoquerait un départ d'incendie. Et nous avons tous déjà suivi des départs de feu d'imprimantes 3D...

De plus, nous vendons la Disco en kit, elle est donc à monter soi-même. L'ordonnancement des câbles sous l'imprimante peut être plus ou moins rigoureux.

Aussi, dans un souci de limiter son impact sur l'environnement, ne pas mettre de plateau chauffant permet de ne pas avoir à installer une alimentation externe, et d'économiser énormément d'énergie puisque celle-ci consomme environ 14 à 17 Watt en moyenne. En ajoutant un plateau chauffant, la consommation peut au minimum doubler et même exploser. Ici un lien vous donnant plus d'informations sur les liens entre machine, buse plateaux et consommation électrique.

D'autre part, un plateau chauffant est prévu pour imprimer de l'ABS ou des filaments spécifiques destinés à un usage professionnel. Or, nous vendons principalement du PLA et nos imprimantes Magis et Disco ont pour objectif de rendre accessible facilement l'impression 3D à tous. Risque d'engendrer des brûlures face à un public non averti ou débutant, qui poserait une main sur le plateau, serait contraire à cet objectif.


Clarico-Text-Image

Une fois ce constat posé, la vraie question a été de savoir "Comment DAGOMA peut proposer une solution intelligente, maline et responsable pour que l'utilisation de l'impression 3D réponse aux besoins des utilisateurs au mieux ?"


En décidant de ne pas installer de plateau chauffant, il nous a fallu pallier au risque de warping (les bords de l'objet en cours d'impression qui se relèvent pendant l'impression).

C'est pourquoi nous avons trouvé des solutions alternatives adaptées pour beaucoup de matières, et moins énergivores qu'un plateau chaud : la 3DLAC, le BuildGrip (qui peut être poncé en grain 80 ou 100 pour recréer de l'accroche), le pack flex Geckoteck, un accompagnement et service client qui aide nos utilisateurs à comprendre leur machine pour mieux l'utiliser.


Voilà, désormais vous savez pourquoi nous n'utilisons pas de plateau chaud ! Vous ne pourrez plus dire que vous ne savez pas 😉